Progression de la peste porcine africaine en Europe de l’Est : extension vers l’Ouest en Pologne et augmentation du nombre de cas au sein de la faune sauvage

Pour la VSI par ordre alphabétique : Anne Bronner (Dgal), Didier Calavas (Anses), Julien Cauchard (Anses), Sylvain Falala (Inra), Pascal Hendrikx (Anses), Alizé Mercier (Cirad)
Pour le LNR : Marie-Frédérique Le Potier
Auteur correspondant :
alize.mercier@cirad.fr
 
Sources : données ADNS/FAO Empres-i actualisées au 09/01/2018 ; réunions ScoPAFF (rapports du 6-7 avril 2017, du 13 juillet 2017 et du 27-28 novembre 2017) ; services vétérinaires tchèques (SVSCR) (https://www.svscr.cz/amp-mapy/)

La peste porcine africaine (PPA) continue de circuler dans le Nord-Est de l’Europe (Tableau 1). Elle a progressé à l’intérieur de l’Union européenne depuis les zones frontalières de l’Est de l’Europe et une diffusion de la maladie principalement « en tache d’huile » continue d’être observée dans et à partir des pays touchés avec au cours des dernières semaines/mois :
  • en Lituanie, depuis juillet 2017, une forte augmentation du nombre de cas chez les sangliers sauvages,
  • en Pologne une propagation vers l’Ouest, avec à présent de nombreux cas chez les sangliers dans la région de Varsovie, et globalement une extension vers le Sud du pays, aussi bien à partir de la zone infectée à l’Est du pays que de la zone infectée autour de Varsovie,
  • en République tchèque, une récente propagation vers le Sud en dehors de la zone à haut risque qui semblait jusqu’ici avoir été circonscrite,
  • en Ukraine des foyers sur l’ensemble du territoire, menaçant les pays limitrophes (Slovaquie, Hongrie, Sud-Est de la Pologne, Nord et Est de la Roumanie).
 
En ne tenant pas compte de la Sardaigne où la maladie circule de manière enzootique depuis plus de 35 ans, un total de 9 259 foyers et cas de PPA ont été déclarés en Europe dans dix pays (Fédération de Russie, Pologne, Ukraine, Biélorussie, Moldavie, les trois pays Baltes, Roumanie et République Tchèque) du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 (Tableau 1, Figure 1)[1]. En 2017, un nouveau cas de PPA a été déclaré en Biélorussie (les derniers cas déclarés en Biélorussie dataient de 2013), et pour la première fois en Roumanie et République tchèque.

Tableau 1 : Nombre de foyers au sein d’élevages (« élev. ») et de cas au sein de la faune sauvage (« sauvage ») de peste porcine africaine (PPA) confirmés dans le Nord-Est de l’Europe du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 (Sources : ADNS/FAO Empres-i)




Alors que le nombre de cas déclarés en Lettonie est resté relativement stable ces dernières années, le nombre de cas de PPA au sein de la faune sauvage a fortement augmenté en Lituanie et en Pologne depuis juin 2017 pour la Lituanie et octobre 2017 pour la Pologne. Cette augmentation du nombre de sangliers touchés en Pologne s’est accompagnée d’une progression vers une zone précédemment indemne autour de Varsovie.


Figure 1: Evolution des foyers et cas de peste porcine africaine (PPA) chez les porcs domestiques et les sangliers sauvages dans le Nord-Est de l’Europe du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 inclus (Sources : ADNS/FAO Empres-i)
 
 
 
DIFFUSION VERS L'OUEST DE LA POLOGNE AVEC DES CAS DECLARES DANS LA REGION AUTOUR DE LA CAPITALE

Au cours de l’année 2017, une propagation de la maladie a été observée vers le Sud de la Pologne depuis la région frontalière avec la Lituanie et la Biélorussie. Ensuite, en fin d’année 2017, la PPA a fait un « bond » vers l’Ouest et, depuis le 17 novembre 2017, des cas de PPA ont été déclarés autour de Varsovie (Figure 2). Selon le rapport du CVET à la Commission européenne (rapport du 27-28 novembre 2017), trois régions sont touchées : Legionowo (au Nord de Varsovie), le parc national de Kampinsky (au Nord-Ouest) et Piasecsno (au Sud). Selon ce même rapport, l’origine de l’introduction du virus dans cette région daterait approximativement de début octobre 2017 et serait dû à une diffusion de produits ou d’animaux contaminés dans la région de Legionowo