Sylvatub (Tuberculose en faune sauvage)

Menu 

Présentation rapide de la Tuberculose en faune sauvage  

ACTUALITÉS BILANS
et RÉSULTATS
 
        
      

La tuberculose bovine est une maladie animale transmissible à l'homme (zoonose) causée par la bactérie Mycobacterium bovis (M. bovis). Cette bactérie peut infecter de nombreuses espèces animales, à la fois domestiques (principalement les bovins) et sauvages (notamment les cervidés, sangliers ou blaireaux). La tuberculose se transmet surtout par voie respiratoire, mais dans le cas des animaux sauvages, la transmission par voie orale, c'est-à-dire par ingestion d’aliments ou d’eau contaminée, tient certainement une place importante. 

Depuis 2001, la France est considérée comme « officiellement indemne de tuberculose bovine » par l’Union européenne, malgré la persistance chaque année d’une centaine de foyers en élevage. Dans certains départements, le nombre de ces foyers a connu une augmentation depuis 2004. 

Les bovins domestiques représentent le principal réservoir de l’infection à M. bovis, c’est-à-dire que la maladie se transmet d’abord et avant tout entre bovins. Cependant, des animaux sauvages comme notamment les sangliers, les blaireaux et les cerfs (en ce qui concerne la France), peuvent s’infecter et jouer le rôle d’hôtes de liaison, voire de réservoirs susceptibles de contaminer à leur tour les élevages. 

De ce fait, une surveillance de la faune sauvage est effectuée afin d’évaluer la présence de l’infection et l’efficacité des mesures de lutte qui visent à éviter que l’infection ne se maintienne dans ces populations, comme cela a pu être observé dans d’autres pays (par exemple, chez le Blaireau en Grande-Bretagne et le Sanglier en Espagne) et en France dans la forêt de Brotonne (chez les cerfs et les sangliers).
Pour en savoir plus sur la tuberculose bovine :

- la page du ministère de l'Agriculture
- la fiche technique de l’OIE
- la page de la thématique « tuberculose bovine » du Centre de ressources de la Plateforme ESA

BOITES À OUTILS BULLETINS SYLVATUB
                  
SUIVI THÉMATIQUE
(accès réservé membres groupes de suivi)

ÉTUDES, ÉVALUATIONS
       

Rôle de la Plateforme  

Présentation du dispositif de surveillance       



La DGAl est responsable du dispositif et confie l'animation et le pilotage technique à la Plateforme d'épidémiosurveillance en santé animale (Plateforme ESA). Une cellule d'animation technique et un comité de pilotage national du dispositif sont mis en place afin de suivre les résultats de la surveillance et d’en adapter les modalités. L’animateur national Sylvatub est recruté par l'Anses et affecté au sein de l'équipe opérationnelle de la Plateforme ESA.

Le comité de pilotage national, présidé par la DGAl, se réunit deux fois par an et comprend des représentants des organismes suivants : la DGALN (ministère de l'environnement), l'Anses, l'ONCFS, la FNC, l'association des lieutenants de louveterie de France, l’association des piégeurs agréés de France, GDS France, la SNGTV, Coop de France et l'Adilva. Son rôle est de définir les grandes orientations du dispositif (ex : évolution du protocole, changement des niveaux de surveillance des départements).

La cellule d’animation technique se réunit une dizaine de fois par an et comprend des représentants de la DGAl, l’Anses, l’ONCFS, la FNC, GDS France et l’Adilva. Cette cellule d’animation est coordonnée par l’animateur national Sylvatub. Son rôle est d’apporter un appui scientifique et technique continu à l’organisation et à l’évaluation du dispositif de surveillance, et de proposer des améliorations et des adaptations de ce dispositif en fonction de l’évolution de la situation sanitaire nationale et/ou locale.

La Direction générale de l’alimentation (DGAl) du ministère en charge de l’Agriculture en lien avec les parties prenantes (DDecPP, FDC-FNC, ONCFS, Adilva, Anses) a créé en septembre 2011 un dispositif national de surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage non captive, nommée Sylvatub. Les principaux objectifs de ce dispositif sont de détecter la présence de Mycobacterium bovis chez les animaux sauvages dans les zones à risque mais aussi dans les zones présumées indemnes, et de suivre son évolution dans les zones où sa présence dans la faune sauvage est avérée. Les données de Sylvatub permettent in fine d’affiner les connaissances scientifiques sur le rôle épidémiologique des espèces sensibles et d’aider les autorités sanitaires à mettre en œuvre des mesures de lutte adéquates tant dans la faune sauvage que pour la sécurisation des élevages. Pour cela, le dispositif s’appuie sur une combinaison de plusieurs modalités de surveillance événementielles et programmées chez les cerfs, chevreuils, sangliers et blaireaux, qui sont appliquées selon des niveaux de surveillance de chaque département.

Pour en savoir plus :

-          Article du Bulletin épidémiologique n°57

-          Note de service DGAl/SDSPA/NS-556



Contact : sylvatub@anses.fr

 


 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.