Recrudescence des infections à virus West Nile en Europe - point de situation 2016-01 au 02 septembre 2016

Alizé Mercier 1,2, Julien Cauchard 3, Sylvie Lecollinet 4
 

(1) Cirad, UMR1309 Contrôle des maladies animales exotiques et émergentes (CMAEE), Montpellier, France
(2) Inra, UMR 1309 CMAEE, Montpellier, France
(3) Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
(4) Anses, Laboratoire de santé animale, LNR/LR-UE Fièvre West Nile, Maisons-Alfort, France

 
Il y a actuellement une recrudescence des cas d’infection à virus West Nile à l’échelle européenne pour l’année 2016. En effet, de nouveaux cas ont été déclarés chez des humains, ainsi que sur des chevaux et oiseaux de proie en Espagne, Italie, Portugal, Hongrie et Autriche depuis le début de l’année (Figure 1).

En 2015, des foyers de fièvre West Nile (FWN) chez les équidés avaient été déclarés en France de juillet à novembre dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Gard et de l’Hérault. Des foyers chez les équidés et les oiseaux avaient aussi été déclarés en Espagne, Italie, Hongrie, Portugal et Bulgarie (Tableau 1).

Tableau 1 : Foyers de fièvre West Nile (FWN) déclarés sur des équidés en 2015 et 2016 (situation au 02 septembre 2016).

 

En juin 2016, un premier cas humain de FWN a été signalé dans la région d’Emilie-Romagne (source : bulletin épidémiologique de la surveillance de WN chez l’Homme en Italie de juin au 28 juillet 2016 http://www.epicentro.iss.it/problemi/westNile/bollettino/WN_News_2016_01.pdf ). Un mois plus tard, en juillet 2016, un premier foyer de FWN a été déclaré dans une exploitation de chevaux de la région de Rome.

Le 7 août 2016, un épervier d’Europe (Accipiter nisus) présentant des signes neurologiques sévères a été attrapé à proximité de la ville de Tortolì en Sardaigne, et est mort le lendemain. Cet oiseau, résidant dans les pays du Sud, est le marqueur d’une infection locale. Aucun autre indice de la circulation du virus West Nile en Sardaigne n’a pu être mise en évidence pour l’instant (pas de cas chez l’Homme ou le Cheval), mais des enquêtes entomologiques sont en cours. La transmission directe, par voie orale du virus WN a été démontrée chez des oies domestiques et des corbeaux (McLean et al. 2001 ; Banet-Noach C et al. 2003). Il n’est pas étonnant de retrouver le virus WN chez des oiseaux prédateurs tels que l’épervier d’Europe étant donné que ces oiseaux se nourrissent d’autres oiseaux sensibles au virus de par leur caractère charognard (ex : les pies). Parmi les mesures de prévention mises en place, les autorités sanitaires ont temporairement interdit pendant 28 jours le don de sang de personnes ayant séjournées dans la province d’Ogliastra en Sardaigne.

D’après les données du LNR italien, le cas aviaire rapporté en août 2016 était dû à une infection par une souche de lignée 1. Le virus WN a été identifié dès 2011 en Sardaigne autour de la ville d’Oristano et avait été responsable cette même année de 53 cas équins confirmés et de 6 cas chez l’Homme (Monaco et al. 2015, Magurano et al. 2012). Dès 2011, la présence d’au moins deux souches virales, de lignée 1 et de lignée 2, était démontrée en Sardaigne. Si le virus circule à présent en Sardaigne, il pourrait tout aussi bien être identifié en Corse (où il n’a encore jamais été signalé), non pas par le biais d’une propagation depuis l’Italie mais par le biais d’une source commune : les oiseaux migrateurs. Le virus ayant déjà circulé en France continentale, il pourrait toujours y être présent et l’occurrence de fortes pluies à cette période, couplée avec la migration d’oiseaux potentiellement infectés lors de cette saison de migration, pourrait entraîner la réémergence du virus sur le territoire. Malgré le fait qu’une recrudescence de cas en Europe est désormais normale à cette période-ci de l’année, une vigilance accrue est toujours de mise en France, que ce soit pour la Corse ou la partie continentale du pays.

Le Portugal, quant à lui, a déclaré le premier foyer de FWN pour la saison 2016 qui le 2 septembre avec un foyer chez des équidés confirmé le 30 août à Faro dans le sud du pays. Le Portugal avait pour rappel déclaré huit foyers chez des équidés en 2015 (Tableau 1).

En 2016, les premiers cas humains en Europe ont quant à eux été observés à partir de fin juillet (Italie, Bologne et Roumanie, Braila et Dolj, source : ECDC,  http://ecdc.europa.eu/en/healthtopics/west_nile_fever/West-Nile-fever-maps/pages/index.aspx consulté le 30 août 2016). Au 25 août 2016, 54 cas humains de FWN avaient été enregistrés par l’ECDC dans les pays membres de l’Union européenne, dont 32 cas déclarés pour la seule semaine du 22 au 28 août 2016 (voir Figure 2). Les principaux pays touchés sont l’Autriche, la Hongrie, l’Italie, la Roumanie, l’Espagne et Chypre (première déclaration). Des cas ont aussi été signalés en Israël, Serbie et Russie dans les deux dernières semaines. Il est à noter que le nombre de cas humains actuellement observé en 2016 est similaire à celui observé sur toute l’année 2015 (106 cas).

Malgré un début de saison précoce et une accélération des déclarations chez l’Homme et le cheval depuis une semaine, la dynamique des infections à virus West Nile pendant l’été 2016 est celle classiquement retrouvée depuis quelques années en Europe.


Figure 1: Foyers animaux de fièvre West Nile (FWN) déclarés en 2015 et en 2016 (situation au 02 septembre 2016)

Figure 2: Distribution des cas humains de fièvre West Nile (FWN) en 2016 et lors des saisons de transmission précédentes - situation au 1er septembre 2016 (source: ECDC)

Sources : LNR Italien, ADNS, OIE, FAO, ECDC

Références :
Banet-Noach C, Simanov L, Malkinson M. 2003. Direct (non-vector) transmission of West Nile virus in geese. Avian Pathol ;32(5):489-94.

Magurano F, Remoli ME, Baggieri M, Fortuna C, Marchi A, Fiorentini C, Bucci P, Benedetti E, Ciufolini MG, Rizzo C, Piga S, Salcuni P, Rezza G, Nicoletti L. 2012. Circulation of West Nile virus lineage 1 and 2 during an outbreak in Italy. Clin Microbiol Infect;18(12):E545-7.

McLean, R. G., Ubico, S. R., Docherty, D. E., Hansen, W. R., Sileo, L., & McNamara, T. S. (2001). West Nile virus transmission and ecology in birds. Annals of the New York Academy of Sciences, 951(1), 54-57.

Monaco F, Goffredo M, Briguglio P, Pinoni C, Polci A, Iannetti S, Marruchella G, Di Francesco G, Di Gennaro AP, Pais M, Teodori L, Bruno R, Catalani M, Ruiu A, Lelli R, Savini G. 2015. The 2011 West Nile disease outbreak in Sardinia region, Italy. Vet Ital.;51(1):5-16.

 
 

Organismes Internationaux

  • FAO EMPRES-i (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)

  • HealthMap (current global state of infectious diseases)

  • OIE WAHIS (Organisation mondiale de la santé animale)

  • OMS (Organisation mondiale de la santé)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre européen de prévention et contrôle de maladies)​

  • EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments)

  • ​DG santé (Direction générale Santé et sécurité alimentaire de Commission européenne)

 

Organismes Nationaux

Plateforme de veille sanitaire

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.