Dernières actualités sur le Virus Schmallenberg

La surveillance des formes congénitales de l’infection par le virus Schmallenberg (« SBV congénital ») entreprise en France depuis 2012 se poursuit pour la campagne 2016/2017. Les modalités de surveillance restent identiques à celles mises en place en 2015/2016.

Le dispositif de surveillance s’appuie sur un réseau de vétérinaires sentinelles, à raison d’un vétérinaire volontaire pour chacune des 22 (anciennes) régions de France métropolitaine.


Partager :

Crédit photo: www.flickr.com Gregor MaclennanLa surveillance des formes congénitales de l’infection par le virus Schmallenberg (« SBV congénital ») entreprise en France en 2012 se poursuit pour une quatrième campagne en 2014/2015.

Au cours des deux premières campagnes, le dispositif a montré que le virus avait largement circulé sur le territoire. La troisième campagne qui s’achève au 31 août suggère une réduction importante, mais pas un arrêt de la circulation.

 

A partir du 1er septembre, la surveillance coordonnée par le réseau des GDS, en lien étroit avec les GTV et les laboratoires vétérinaires, visera, dans les départements volontaires, à mettre en évidence une éventuelle persistance du virus.


Partager :

L'Anses s'est autosaisie en avril 2013 pour évaluer les risques liés à la diffusion du virus Schmallenberg en France. Le rapport correspondant a été rendu en février 2014 et est consultable dans son intégralité ici. Les conclusions indiquent qu'en l'absence d'un recours assez large à la vaccination, et "en fonction  de  la  proportion  de  naissances  de  sujets  réceptifs  (non  protégés),  de  la  vitesse  de renouvellement des populations réceptives et de la situation sanitaire, l'infection par le SBV pourrait évoluer sous la forme d'un processus enzootique à variations saisonnières et/ou d'une apparition pluriennale de pics épizootiques".


Partager :

sbv saison iii 150La date de fin de surveillance du SBV congénital lié à la seconde vague de circulation virale a été fixée au 31 août 2013 sur proposition du groupe de suivi de la Plateforme ESA, d’après les données de surveillance.

La reprise de circulation de la circulation virale au printemps 2013 apparaît très fortement possible, en lien avec la reprise d’activité des vecteurs. Dans ce cadre, le groupe de suivi de la Plateforme ESA a proposé la poursuite de la surveillance des formes congénitales liée à la troisième vague de circulation virale à partir du 1er septembre 2013, selon des modalités allégées.

Télécharger le document technique précisant les objectifs et les modalités organisationnelles de cette surveillance

Télécharger la fiche de commémoratifs saison 2013/2014

 


Partager :

Mots-clés: 


Partager :

La surveillance clinique de l’infection congénitale des agneaux, veaux et chevreaux par le virus SBV est pilotée par GDS France, dans le cadre de la Plateforme ESA.Une présentation détaillée de ce dispositif est consultable ici.

Les critères de suspicion clinique de l’infection sont :

  • Déformation ou blocage de l’articulation d’un ou plusieurs membres (arthrogrypose)
  • Malformation de la colonne vertébrale (scoliose, cyphose)
  • Anomalie du port de la tête (torticolis)
  • Raccourcissement de la mâchoire inférieure (brachygnathie)
  • « Grosse tête » (hydrocéphalie)

Télécharger la fiche de commémoratifs saison 2014/2015

 


Partager :

 regis15La surveillance de la maladie de Schmallenberg (surveillance clinique des formes congénitales "SBV congénital") définie dans le cadre des travaux de la Plateforme nationale d'épidémiosurveillance en santé animale (Plateforme ESA), pilotée par la Direction Générale de l'Alimentation (DGAL), a été levée le 31 mai 2012 pour les petits ruminants et le 31 août 2012 pour les bovins. La reprise de la circulation virale est établie sur notre territoire depuis mai 2012 et on note l'apparition de foyers de SBV congénital ovins dans plusieurs départements depuis septembre 2012. Dans ce cadre, les six membres titulaires de la Plateforme ESA ont validé la mise en place d'une surveillance des formes congénitales liées à une circulation virale en 2012. Cette surveillance mise en place à partir du 1er novembre est coordonnée par GDS France. Elle prendra en compte les cas avérés à partir du 1er septembre 2012.   

Télécharger le document technique

Télécharger la fiche de commémoratifs pour la Zone 1

Télécharger la fiche de commémoratifs pour la Zone 2


Partager :

Mots-clés: 

cow13 vincent desjardinLe virus de Schmallenberg a provoqué jusqu’à présent en France des anomalies fœtales bien identifiées (syndrome arthrogrypose–hydranencéphalie) ainsi que des avortements chez les petits et grands ruminants. L’atteinte aiguë sur les bovins est à ce jour prouvée sur le territoire national. Elle se traduit par un syndrome comprenant : hyperthermie (40-41°C), avec le cortège abattement, baisse de production sévère, anorexie, avec une rémission rapide. Les signes digestifs de diarrhée décrits par les néerlandais ne sont pas relatés en France dans les cas décrits aujourd’hui.

Les données cliniques sur cette atteinte aiguë sont assez lacunaires et dans le cadre des activités de la Plateforme d’épidémiosurveillance, une étude destinée à préciser le tableau clinique et une étude d’investigation sérologique et virologique sur les foyers rencontrés seront menées par la SNGTV et le Laboratoire de santé animale de l'Anses Maisons-Alfort, avec une participation financière de la DGAl.

Télécharger le protocole d'enquête

Télécharger le questionnaire


Partager :

30 mai 2012 : cas bovins confirmés au Danemark (communiqué)

 

Enquete sérologique dans les populations exposées au SBV

Une enquête sérologique conduite aux Pays-Bas auprès de (301) personnes ayant pu être exposées au virus SBV (individus travaillant ou résidant dans des fermes atteintes, vétérinaires ayant été en contact avec des ruminants infectés) n’a pas permis de mettre en évidence d’anticorps anti-SBV (Promed).

Virus SBV identifié sur des Culicoides en Italie

La présence du virus SBV a été identifiée sur trois lots de Culicoides du complexe Obsoletus piégés dans le nord de l’Italie entre septembre et novembre 2011 en Vénétie et Frioul-Vénétie julienne [I. Caporale]

Avis du BfR sur le risque de transmission du SBV à l’homme

L’Institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques (BfR) estime qu’on ne peut pas s’attendre à ce que le virus SBV soit transmissible à l’homme par contact direct, par le viande ou par le lait (Résumé de l’avis , Avis détaillé – en allemand)
 

02 avril 2012. Résultat d’une enquête sérologique SBV au sein de populations humaines exposées en Allemagne

 

Une étude réalisée par l'Institut Robert Koch n’a pas permis la mise en évidence d’anticorps anti-SBV chez une soixantaine d’éleveurs ovins et bovins dans les zones atteintes [RKI]. Aucun cas d’infection ou de maladie associée au virus SBV n’a été rapporté chez l’homme depuis la première identification de ce virus.


Partager :
 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.