Thématique Surveillance des avortements

Menu 

Présentation rapide de la Surveillance des avortements  

Le dispositif de déclaration obligatoire des avortements chez les ruminants domestiques a été mis en place afin de détecter le plus rapidement possible tout foyer potentiel de brucellose, maladie considérée comme étant éradiquée chez les bovins (la France a été reconnu comme officiellement indemne de brucellose bovine depuis 2005 par la Commission européenne) et chez les petits ruminants (reconnue indemne depuis 2014, à l’exception des Pyrénées-Atlantiques où une vaccination utilisant un vaccin anti-brucellique a lieu contre l’épididymite contagieuse, empêchant la détection de la brucellose par dépistage sérologique).

Dans ce contexte favorable, la surveillance de la brucellose repose désormais sur deux volets :

1) la déclaration  obligatoire des avortements suivie d’investigations en cas de réaction positive (surveillance évènementielle)
2) le dépistage sérologique périodique des troupeaux (surveillance programmée) qui fait l'objet d'un groupe de suivi spécifique :
http://www.plateforme-esa.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=410&Itemid=290 .
 
Par ailleurs, de nombreuses maladies enzootiques et non réglementées peuvent causer des avortements comme la fièvre Q, la BVD ou la néosporose.

Le suivi des déclarations d'avortement pourrait donc contribuer à suivre la situation sanitaire vis-à-vis de ces maladies abortives enzootiques (cf. le dispositif « Diagnostic différentiel des avortements »), voire de détecter l’apparition d’autres dangers sanitaires exotiques comme la fièvre de la vallée du Rift.
 


Rôle de la Plateforme  

Présentation du dispositif de surveillance       



Le groupe de suivi "dispositif de surveillance des avortements", animé par la SNGTV, est chargé d'optimiser le dispositif de déclaration et d’investigation des avortements, de contribuer à la production et à l’interprétation des données issues de cette surveillance et de faire évoluer ce dispositif en fonction de la situation sanitaire. Le groupe travaille en collaboration étroite avec les trois autres groupes de suivi de la thématique des Maladies abortives des ruminants : « brucellose – surveillance programmée », « fièvre Q », « diagnostic différentiel des avortements ».
Les actions menées actuellement par le groupe ou celles envisagées concernent :
  • la définition d’indicateurs de fonctionnement et d’indicateurs de situation sanitaire, puis l’édition et la diffusion de tableaux de bord de fonctionnement et de situation sanitaire, permettant d’objectiver les évolutions de ce dispositif en matière de fonctionnement et de résultats.
  • la révision de la définition réglementaire d’un avortement bovin.
  • une contribution à la formation et la sensibilisation des différents acteurs de la déclaration obligatoire des avortements.

Le dispositif de surveillance des avortements repose sur la déclaration obligatoire dès le premier avortement chez les bovins, et en cas d’épisodes abortifs chez les ovins et caprins (Figure 1).



Pour en savoir plus :
Description des objectifs et modalités de la surveillance des avortements chez les ruminants domestiques en France

  • Bovins : DGAL/SDSPA/N2010-8252
http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN20108321Z.pdf
  • Ovins et caprins : DGAL/SDSPA/2014-156
https://info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2014-156

 


 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.