Maladies abortives des ruminants

La thématique Maladies abortives des ruminants1  est l’une des thématiques prioritaires de la Plateforme ESA depuis sa création en octobre 2011. Son objectif général est d’améliorer et d’optimiser la surveillance et la détection des dangers sanitaires à l’origine d’avortements chez les ruminants, qu’ils soient « exotiques » (c'est-à-dire actuellement absents du territoire, en particulier la brucellose, mais aussi d'autres dangers comme la fièvre de la vallée du Rift) ou enzootiques (par ex. fièvre Q), qu’ils soient réglementés ou non.
Les actions menées dans le cadre de cette thématique sont sous-tendues par le concept de surveillance intégrée2 . Appliqué aux maladies abortives des ruminants, cette surveillance intégrée repose aujourd’hui sur :
  1. La surveillance événementielle des avortements, basée sur leur déclaration obligatoire, dans le contexte de la réglementation de la brucellose,
  2. Une surveillance programmée et réglementée de la brucellose, basée sur la réalisation systématique d’analyses biologiques sur sang ou sur lait,
  3. Un protocole de diagnostic différentiel des avortements, dédié aux maladies enzootiques non réglementées,
  4. Un projet pilote visant à estimer la situation épidémiologique des élevages de ruminants vis-à-vis de la fièvre Q

Par ailleurs, des travaux de recherche sont développés en appui à l’activité de la Plateforme, comme l’étude des résultats quantitatifs des tests sérologiques pour la fièvre Q dans un objectif de recalage des seuils de positivité des tests, ou encore la faisabilité de la mise en place d’une surveillance syndromique des avortements, fondée sur la modélisation de données de reproduction (dates de vêlages et d’insémination). 

 
I. Activités mises en œuvre
 
Afin de répondre à l’objectif général, quatre groupes de suivi ont été mis en place, chacun ayant des objectifs spécifiques.
 
L’objectif est d’améliorer cette déclaration obligatoire, en s’appuyant sur des travaux d’analyse des limites actuelles du dispositif. Les actions entreprises visent à augmenter l’exhaustivité et la représentativité des déclarations d’avortement, à améliorer la qualité des données recueillies, et à objectiver les évolutions de ce dispositif en matière de fonctionnement et de résultats. 
 
L’objectif est de suivre la réalisation de la surveillance programmée de la brucellose et ses résultats et d’adapter les modalités de cette surveillance le cas échéant..
 
 
L’Observatoire et suivi des causes d’avortements chez les ruminants (Oscar) vise à valoriser les résultats de diagnostic différentiel des avortements. Sa finalité est d’améliorer la connaissance des causes infectieuses des avortements, afin d’adapter les mesures de diagnostic, de prévention, et de lutte. 
La démarche consiste à colliger les résultats de diagnostic différentiel des avortements chez les ruminants. A cet effet, des protocoles standardisés ont été élaborés en fonction des connaissances et des outils actuellement disponibles par des groupes de travail comprenant des acteurs de terrain (GDS, GTV, LVD, DDcsPP), des représentants nationaux et des experts.

 
Cette action s’appuie sur un dispositif mis en place par l’arrêté ministériel du 13 août 2012 pour une durée de trois ans. Il repose sur le couplage entre une surveillance évènementielle et une enquête sérologique dans dix départements pilotes. Les objectifs étaient: i) d’évaluer la proportion d’élevages (bovins, ovins, caprins) considérés comme « cliniquement atteints de fièvre Q », parmi les élevages présentant des avortements répétés ayant fait l’objet d’un diagnostic, ii) décrire les niveaux d’excrétion des bactéries, en fonction des espèces de ruminants et de la nature des prélèvements, iii)  d’évaluer la séroprévalence intra- et inter-troupeaux dans les trois espèces de ruminants.


 
II. Organisation des activités
 
Les programmes de travail de ces quatre groupes de suivi sont définis annuellement. Ils sont respectivement animés par la SNGTV (Soline Hosteing), la DGAL (Jean-Baptiste Perrin), GDS France (Anne Touratier) et GDS France (Kristel Gache). 
Les quatre animateurs coordonnent les activités des différents groupes, et la production documentaire de l’ensemble de la thématique, en particulier via le Bulletin d’information sur les Maladies abortives des ruminants, mis en ligne dans le Centre de ressources de la Plateforme ESA.
 
 
1. Ruminants domestiques : bovins, ovins, caprins.
2. La surveillance intégrée peut être définie comme la combinaison, par filière de production animale, de dispositifs de surveillance :
  • Ciblés (spécifique d’un danger sanitaire) qu’il s’agisse de surveillance évènementielle - par exemple la surveillance de la brucellose sur les avortements - ou/et programmée – prophylaxie de la brucellose,
  • Non ciblées du cheptel sur des bases cliniques ou de surveillance d’indicateurs.

 
Organismes Internationaux
  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 
​​Organismes Européens
  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
Organismes Nationaux
  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
Plateformes de veille Internet
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.