Faune sauvage

Bulletin vignetteBulletin Epidémiologique - Ahead of print

Marie-Frédérique Le Potier (1), Elena Arsevska (2), Clara Marcé (3)
(1)    Anses, Laboratoire de Ploufragan - Plouzané, Laboratoire national de référence pour la peste porcine africaine, Ploufragan, France
       (2)    Cirad, UMR CMAEE, Montpellier, France
       (3)    Direction générale de l’alimentation, Bureau de la santé animale, Paris, France
 

Suite à l’introduction en 2007 en Géorgie d’une souche de virus de la peste porcine africaine (PPA) dont l’origine d’Afrique de l’Est ou de Madagascar a été confirmée par séquençage moléculaire (Rowlands et al 2011), la maladie s’est très vite étendue aux pays voisins. Dès 2008, elle a été détectée au sein de la Fédération de Russie où elle s’est endémisée dans la région du Caucase.

birds 1Jean-Yves Toux (1), Marisa Peyre (2), Jean Hars (3), Matthieu Guillemain (3), Sophie Lebouquin (1), Virginie Michel (1)

(1) Anses, Unité EBEAC, Laboratoire de Ploufragan-Plouzané, France

(2) Cirad, AGIRs, Montpellier, France

(3) ONCFS, Unité sanitaire de la faune, Saint-Benoît, France

Depuis janvier 2015, de nombreux foyers d’IA HP de sous-type H5N1 ont été rapportés à l’OIE à travers le monde. On peut distinguer trois zones et donc trois groupes de pays touchés.

David Stanley. Flickr. Creative commons. https://www.flickr.com/photos/davidstanleytravel/11403229313/in/photolist-inEwMX-aztMEo-5P1qq8-fXboC8-mvmxLL-Y3Cbo-4cbbWQ-dVi469-89XtpE-pHDgy5-naFy2V-72KTLY-6mSXd3-7HuMEM-9nNmA8-e9dziE-dnC5eU-6Usj3R-egQn3o-e9cnPk-7RRykT-drzRyG-dTi4Q3-dyHJNL-oYGPZZ-dqoqhe-aEva7u-Y3BVf-pJKvSt-j9oTcC-bBZPL8-aFwTK2-eNodg2-3J322V-dnzAXN-p3TqzQ-q6cear-9FJpBw-f69WJ7-yeKNv-7TjUzy-pRvzSV-qYuJib-o94tqW-2QcpLc-Awqsd-qaQjeL-a28z6L-4rE5Bf-qEQ9ENUn foyer d’influenza aviaire hautement pathogène à virus A(H5N1) (IAHP H5N1) a été identifié en Bulgarie chez des Pélicans frisés (Pelecanus crispus) dans la réserve naturelle de Srebarna, région de Silistra, à la frontière avec la Roumanie. Ce foyer est à mettre en relation avec le foyer récemment décrit en Roumanie, à environ 200 kms à vol d’oiseau.

Le génome du virus a été mis en évidence par RT-PCR chez deux pélicans appartenant à un groupe de 21 pélicans trouvés morts le 24 mars 2015. La réserve naturelle de Srebarna est une zone humide à proximité du Danube hébergeant 179 espèces d’oiseaux sauvages et sur une route de migrations des oiseaux entre l’Europe et l’Afrique (Figure 1).

8699201583 a550b291b6 zLe 25 mars 2015, l’administration de la Danube Delta Biosphere Reserve informait les autorités sanitaires roumaines de la découverte de 64 pélicans (Pelecanus crispus) morts - sur une population évaluée à 250 individus - sur l’île Ceaplace du lac Sinoe (figure 1). Cette île héberge la troisième plus grande colonie de pélicans frisés d’Europe.

A part les pélicans trouvés morts, aucun signe clinique n’a été observé dans l’avifaune sauvage de cette réserve. Il n’y a pas d’élevage avicole dans un rayon de 10Km autour de l’île.

rsultats sylvatub 2012-2014

Une synthèse des résultats du dispositif Sylvatub (surveillance de la tuberculose bovine dans la faune sauvage en France) pour la periode 2012-2014 est disponible.

Ce bilan présente sous forme de cartes les résultats définitifs de la surveillance événementielle et de la surveillance programmée menées à la fois sur le grand gibier au cours des saisons cynégétiques 2012-2013 et 2013-2014, et sur les blaireaux en 2013. Les résultats sont d'abord présentés à l'échelle nationale puis détaillés pour chaque départements ayant mis en oeuvre une surveillance programmée.

Sangliers, blaireaux, cerfs et chevreuils infectés ont pu être détectés grâce à la participation d'un grand nombre d'acteurs de terrain oeuvrant pour ce dispositif de surveillance. Le nombre de départements dans lesquels des animaux sauvages infectés sont découverts tend à s'accroître mais ces nouveaux résultats montrent aussi que les animaux sauvages infectés proviennent toujours de zones d'infection des troupeaux bovins,

Pour télécharger le(s) document(s): 

PPA 2Point épidémiologique au 26 juillet 2014

Nombre des nouveaux foyers : Depuis la première notification de trois foyers en fin juin 2014, 24 nouveaux foyers (43 cas) ont été déclarés. Des cas domestiques et chez des sangliers ont été détectés dans les comtés de Dagdas et Kraslavas, et pour la première fois fin juillet dans le comté de Valkas, Lettonie (voir la carte).

Nombre de foyers tot

aux (depuis le début de l'évènement) : Depuis le début de cet évènement sanitaire (fin juin 2014), un total de 27 foyers aété rapporté avec 43 cas dont 26 chez des sangliers et 17 chez des porcs domestiques.

Origine des nouveaux foyers : L’origine de nouveaux foyers n’est pas connue. Dans les autres foyers de la région, les mouvements d’animaux infectés, les faibles mesures de biosécurité et de contrôle ont été considérés comme importants pour la propagation du virus.

Evolution spatio-temporelle dans le pays : Fin juillet 2014, des cas domestiques et sauvages ont été notifiés pour la première fois dans le comté de Valkas (10 km de la frontiere avec l’Estonie, quelle n'a jamais declaré de cas; voir la carte).

La situation épidémiologique est suivie avec attention et fait actuellement l’objet de publications régulières de bilans épidémiologiques.

Porc1Point épidémiologique au 26 juillet 2014

Nombre des nouveaux foyers : Depuis début juin 2014, des foyers de PPA ont été déclarés par les services vétérinaires de Pologne. Tous les foyers sont localisés dans une zone déjà considérée comme infectée, la région de PODLASKIE – frontalière avec la Biélorussie. Un foyer concerne des porcs domestiques (élevage familial). Six nouveaux foyers (dont un foyer domestique), ont été déclarés depuis début juin 2014 (23 cas au total).

Origine des nouveaux foyers: L’origine de nouveaux foyers n’est pas connue. Dans les autres foyers de la région, les mouvements d’animaux infectés, les faibles mesures de biosécurité et de contrôle ont été considérés comme importants pour la propagation du virus.

Nombre de foyers totaux (depuis le début de l'évènement) : 8 foyers en total

Evolutions relatives à ses hôtes et ses modes de transmission : Le foyer de 24 juillet 2014 est la première notification de PPA chez des porcs domestiques d’un élevage familial. Les cas précédents avaient été rapportés chez des sangliers.

Evolution spatio - temporelle dans le pays : Actuellement la diffusion de la maladie est limitée à la région de PODLASKIE.

La situation épidémiologique est suivie avec attention et fait actuellement l’objet de publications régulières des bilans épidémiologiques.

9720573009 6bdd9203de zLe ministère de l’agriculture et du développement rural Pologne a annoncé le 17 février 2014 la présence de la peste porcine africaine (PPA) sur son territoire. Le diagnostic a été posé par le LR-UE sur un sanglier trouvé mort le 13 février 2014, dans le nord-est du pays (province de Podlaskie, municipalitée de Szudziałowo) à environ 1Km de la frontière avec la Biélorussie, dans le cadre de la surveillance renforcée dans les zones à risque (Figure 1).

Selon ce ministère, l’inspection vétérinaire en étroite collaboration avec l’Association de chasse polonaise, des gardes-frontières et la Direction générale des forêts domaniales, mène depuis le 15 février 2014 des contrôles supplémentaires, en particulier dans la zone frontalière, pour surveiller des morbidités et mortalités inhabituelles de sangliers et de porcs domestiques.

Depuis février 2011, les services vétérinaires de la province de Warmińsko – Mazurskie, ont mis en place dans une zone frontalière de 40 km avec la région de Kaliningrad (Russie) un échantillonnage chez tous les porcs morts et les sangliers retrouvés morts ou chassés dans un but de détection de la PPA. Au début mars 2012, la même surveillance a été introduite dans tout le pays situés dans une bande frontalière de 40 km avec la Lituanie, la Biélorussie et l'Ukraine.