Bulletin épidémiologique

Oriane Lambert, Jean-Jacques Bénet
Université Paris Est, École nationale vétérinaire d’Alfort, USC ENVA-Anses EpiMAI, Maisons-Alfort, France

Lors du dépistage de la tuberculose bovine par intradermo-tuberculination, certains vétérinaires, au lieu de procéder systématiquement à la mesure réglementaire du pli de peau, n’y recourent que lorsqu’ils constatent, par palpation une réaction le jour de la lecture ; ils utilisent alors comme valeur de référence une mesure effectuée, soit en avant du site d'injection (site « témoin »), soit sur un point symétrique au point d'injection sur l'autre face de l'encolure.

Marianne Bernard, Jean-Jacques Bénet
Université Paris Est, École nationale vétérinaire d’Alfort, USC ENVA-Anses EpiMAI, Maisons-Alfort, France

De l’avis de nombreux vétérinaires praticiens, la tuberculose bovine sévissant aujourd’hui est bien différente de celle qui sévissait il y a plus de vingt ans : le nombre d’animaux atteints par élevage serait beaucoup plus faible et la taille des réactions aux intradermo-tuberculination (IDT) moins importante.

La surveillance épidémiologique peut avoir comme objectif de suivre les évolutions de la situation sanitaire vis-à-vis de certains dangers : c’est le cas de Résavip, qui permet d’approcher la diversité et la dynamique des virus influenza A circulant chez le Porc en France métropolitaine, et de la surveillance du virus Schmallenberg qui a pour objectif d’identifier une éventuelle persistance du virus, voire une nouvelle flambée du nombre de cas.

Au-delà de cet objectif, la surveillance peut également permettre d’évaluer le résultat de mesures de maîtrise ou de lutte. Une surveillance vis-à-vis de la peste porcine classique (PPC) a été mise en place depuis plusieurs années dans les Vosges du Nord, afin de suivre l’évolution de la situation sanitaire et d’évaluer l’efficacité de la vaccination orale mise en place dans la population de sangliers.

Dans un souci d’efficience, cette surveillance nécessite d’être adaptée en fonction de la situation sanitaire : ainsi, son allègement est envisagé en matière de PPC dans la faune sauvage. À l’inverse, la surveillance événementielle a été renforcée pour le suivi de l’infection des chevaux par le virus West-Nile, qui a connu une résurgence dans la région Camargue lors de l’été 2015.

Nous en sommes à la sixième édition de ce numéro spécial annuel, consacré au bilan sanitaire des principales maladies réglementées et des maladies émergentes (et classées provisoirement à ce titre en dangers sanitaires de première catégorie).

Comme en 2013, la situation sanitaire en 2014 a été globalement très bonne.

Pour de nombreux dangers sanitaires réglementés, seuls quelques cas sont détectés annuellement : anémie infectieuse équine, brucellose porcine, leucose bovine enzootique, maladies virales des poissons d’eau douce, rage des chauves-souris, ESB atypiques, tremblante atypique…

Pour d’autres dangers sanitaires, aucun cas n’a été détecté en 2014 : brucellose bovine, brucellose des petits ruminants, maladie d’Aujeszky chez le Porc, tremblante classique, varron, fièvre catarrhale ovine (FCO) en France continentale, et en Corse depuis mai 2014.

Couv 67Dans ce premier numéro très fourni de 2015, un premier article présente des résultats originaux sur la prévalence d’un parasite zoonotique, Diphyllobothrium latum, chez les poissons des lacs subalpins en France. 

Deux articles font la synthèse de la situation épidémiologique de dangers sanitaires, absents actuellement de France métropolitaine, très évolutifs en ce moment dans le reste de l’Europe et dans le monde : les virus influenza aviaires hautement pathogènes et le virus de West-Nile.

Les autres articles de ce numéro couvrent des domaines et des filières variés en santé animale (analyse d’un épisode de mortalité chez les moules en Charente, situation épidémiologique de la fièvre catarrhale ovine en Corse en 2014, de la maladie de Schmallenberg lors de la troisième saison de surveillance 2013-2014, épisode d’anémie infectieuse équine dans le Gard ou encore modélisation d’épizooties de fièvre aphteuse dans un but d’aide aux décisions de gestion) ou en hygiène alimentaire (projet d’informatisation des données sanitaires en abattoir ouvrant la voie à des possibilités de surveillance syndromique).

 BE 066Lorsque nous avons, avec le Comité de rédaction du Bulletin Epidémiologique, projeté de réaliser ce numéro spécial consacré à la vigilance vis-à-vis des maladies « exotiques » (du grec exôticos, étranger) que le dictionnaire Robert définit comme ce « qui provient des pays lointains et chauds », nous nous sommes rapidement aperçus que le sujet était plus vaste et compliqué que nous ne l’avions pensé. Nous avons donc listé les sujets possibles, les auteurs potentiels, et nous avons commencé à organiser l’ensemble en rassemblant les contributions en « chapitres » cohérents : aspects généraux, outils de la vigilance, vecteurs et maladies vectorielles, etc. L’organisation de cet ensemble d’idées et de notes est représentée dans la carte heuristique en quatrième de couverture (dont la paternité du concept est attribuée par certains historiens à Aristote), et repris de manière plus traditionnelle dans le sommaire détaillé. Chacun pourra y ajouter à sa guise telle ou telle idée et, éventuellement, nous la renvoyer. En faisant cela nous-mêmes, nous avons par exemple ajouté in extremis, à la branche des facteurs de risque, la libre circulation à l’intérieur de l’Union européenne des animaux de compagnie les plus nombreux – chiens et chats. 

Nous remercions très sincèrement les nombreux auteurs qui ont bien voulu consacrer un peu de leur temps précieux à réfléchir, rassembler et écrire, pour vous, cette trentaine d’articles, de brèves et d’encadrés.

BE 64 MRECinquième édition pour ce numéro spécial du Bulletin épidémiologie – Santé animale-alimentation consacré au bilan annuel de la surveillance des principales maladies animales réglementées et émergentes.

Le format de ce numéro spécial est inchangé par rapport à celui de l'année dernière avec la présentation et l'analyse de la situation sanitaire, le rappel des modalités de surveillance, de police sanitaire et des principaux textes réglementaires sous-tendant ces actions.

Comme tous les numéros du BE, vous trouverez celui-ci sur les sites du ministère de l'agriculture et de l'Anses. Ce numéro fera prochainement l'objet d'une version électronique en anglais, pour donner une visibilité internationale à ce qui est fait en France en matière de surveillance et de lutte contre les maladies réglementées des animaux.

Vous pouvez accéder également à chacun des articles de ce numéro, pour votre propre usage et/ou une diffusion auprès de votre réseau :

1- Tuberculose bovine en France en 2013 : résultats d'une stratégie plus offensive

2- Aucun cas de brucellose bovine identifié en 2013

BE63Le Bulletin épidémiologique Santé animale – alimentation est une publication conjointe de l'Anses et de la Direction générale de l'alimentation. Il est accessible gratuitement en ligne sur le site de l'Anses et sur celui du ministère de l'agriculture.

Dans le numéro 63 de septembre 2014, vous trouverez en particulier un article présentant la cartographie des différents génotypes de Bacillus anthracis (l’agent de la fièvre charbonneuse) en France, ou encore un article faisant la synthèse des connaissances vis-à-vis de la diarrhée épidémique porcine qui sévit actuellement en Amérique et en Asie.

Vous pouvez télécharger séparément chacun des articles de ce numéro pour votre usage personnel ou pour diffusion, ces articles étant en accès et diffusion libres :

1- Apport de la biologie moléculaire pour la connaissance de la fièvre charbonneuse en France

2- Fièvre charbonneuse en 2013 : un foyer en Haute-Marne rappelle que cette zoonose est toujours d'actualité en France

3- Réseau national de surveillance des virus influenza chez le porc (Résavip) – Résultats des trois premières années de fonctionnement

PT004310

Sommaire détaillé

  • Surveillance d’Echinococcus spp. en France : la faune sauvage sentinelle
  • Caractérisation moléculaire des souches de Listeria monocytogenes isolées en France, dans le cadre d’une enquête de prévalence communautaire ciblant certaines denrées alimentaires prêtes à être consommées

Brèves

  • La surveillance des zoonoses : contexte réglementaire et européen
  • Cas de rage chez un chaton importé illégalement en France
  • Peste porcine africaine en Sardaigne en 2014 – de l’enzootie à l’épizootie ?
  • Fièvre catarrhale ovine en Sardaigne – un point épidémiologique pour les années 2012 et 2013
  • Coronavirus du Syndrome respiratoire du Moyen Orient (MERS-CoV) : quel réservoir animal ?
  • Epizootie de diarrhée épidémique porcine (DEP) aux États-Unis et au Canada : question sur une éventuelle origine alimentaire

Consulter le bulletin : https://pro.anses.fr/bulletin-epidemiologique/Documents/BEP-mg-BE61.pdf ou http://agriculture.gouv.fr/Bulletin-epidemiologique-no-61

PT004310

Sommaire détaillé

 

  • Un foyer de brucellose chez les ongulés sauvages du massif du Bargy en Haute-Savoie
  • Surveillance et lutte contre l'épizootie 2013 de fièvre catarrhale ovine de sérotype 1 en Corse
  • Surveillance de la rage animale en France métropolitaine
  • Suspicion de réservoir viral dans le cadre d'une enquête épidémiologique sur un foyer de septicémie hémorragique virale survenu en 2013 dans une pisciculture de la Vienne, en zone indemne
  • Évaluation du dispositif national de surveillance épidémiologique des pestes aviaires en France à l'aide de la méthode OASIS
  • La catégorisation des dangers sanitaires apporte de la flexibilité et partage les responsabilités

 

Brèves

  • Influenza aviaire hautement pathogène H7N7 en Italie
  • Le virus West Nile (WN) : extension de l'infection et endémisation en Méditerranée

 

Consulter le bulletin : http://www.ansespro.fr/bulletin-epidemiologique/Documents/BEP-mg-BE60.pdf ou http://agriculture.gouv.fr/Bulletin-epidemiologique-no-60

Pages

 
 

Organismes Internationaux

  • FAO EMPRES-i (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)

  • HealthMap (current global state of infectious diseases)

  • OIE WAHIS (Organisation mondiale de la santé animale)

  • OMS (Organisation mondiale de la santé)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre européen de prévention et contrôle de maladies)​

  • EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments)

  • ​DG santé (Direction générale Santé et sécurité alimentaire de Commission européenne)

 

Organismes Nationaux

Plateforme de veille sanitaire

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.