Situation des maladies virales des poissons en Europe en 2019 et 2020 : Point au 07/05/2021


Pour le LNR Anses : Laurent Bigarré
Pour la DGAL : Isabelle Guerry, Guillaume Lefebvre
Pour l’Adilva : Nicolas Keck
Pour le comité de rédaction de la Plateforme ESA (par ordre alphabétique) :
Jean-Philippe Amat, Sophie Carles, Eric Cardinale, Julien Cauchard, Céline Dupuy, Sylvain Falala, Guillaume Gerbier, Viviane Henaux, Yves Lambert, Renaud Lancelot, Carlène Trévennec

Auteur correspondant : laurent.bigarre@anses.fr

Il existe en Europe quatre maladies virales des poissons qui sont réglementées :
-          La rhabdovirose à VHSV (viral haemorrhagic septicaemia virus)
-          La rhabdovirose à IHNV (infectious hematopoietic necrosis virus)
-          L’anémie infectieuse du saumon (AIS, causée par un orthomyxovirus)
-          L’herpesvirose de la carpe (KHVD)

Bilan européen en 2019 (source Laboratoire européen de référence 2020)

Le laboratoire Européen de référence des maladies des poissons a recensé les épidémies de virus réglementés en Europe pour l’année 2019.
-          Rhabdovirose à VHSV : 32 foyers (diminution de 34 % par rapport à l’année 2018). Les foyers se sont concentrés en Allemagne avec 13 détections. Deux foyers ont été recensés en France ; un foyer asymptomatique a été détecté en élevage et un foyer a été identifié dans une pêcherie récréative située en aval et ayant reçu du poisson provenant du foyer.
-          Rhabdovirose à IHNV : 30 foyers de (augmentation de 87 % par rapport à 2018), surtout détectés en Allemagne (20 cas). Aucun foyer en France
-          Anémie infectieuse du saumon : 10 foyers (diminution de 23 % par rapport à 2018). Tous les foyers sont situés en Norvège. La forme virulente du virus a été détectée dans dix nouveaux sites.
-          Herpesvirose de la carpe (KHVD) : 96 foyers et cas (diminution de 31 % par rapport à 2018), dont plus de la moitié détectés en Allemagne, et 17 au Royaume Uni. Au total, le virus CyHV3 a été détecté dans dix pays.

D’autres maladies virales, non réglementées, ont eu des impacts notables en 2019.
-          Les exploitations de saumons ont subis des pertes dues à la maladie du pancréas (PD, birnavirus), au syndrome de l’inflammation des muscles cardiaques et squelettiques (HSMI, Réovirus) et au syndrome de la cardiomyopathie (CMS, totivirus).
-          Le virus de l’œdème (CEV) est désormais un problème majeur pour la carpe dans plusieurs pays Européens. On a compté en 2019 127 cas et foyers en Allemagne, 21 en Pologne, 17 en république Tchèque, 14 en Italie et 12 en France.
-          Pour les élevages de bar et daurade, ce sont les betanodavirus de la nécrose nerveuse qui provoquent des pertes importantes.


Figure 1 . Nombre de déclarations de foyers et cas de maladies des poissons réglementées de 2015 à 2019

Faits notables en 2020 dans le monde

-          Anémie infectieuse du saumon : Des foyers d’AIS ont été détectés dans des élevages de saumon dans une région de Norvège jusque-là peu impactée par cette pathologie, obligeant les autorités à prendre des mesures de restriction pour tenter de limiter l’épizootie. L’année 2020 a été l’une des pires pour la Norvège en terme de nombre de foyers d’AIS, sans explication (source : Fish - farmer, 30/11/2020).

-          Nécrose infectieuse de la rate et du rein (ISKNV, un iridovirus) : Premier foyer au Brésil. L’espèce infectée est le Tilapia du nil (O. niloticus). L’élevage est en circuit ouvert dans un barrage alimenté par la rivière Paranaiba. Le taux de mortalité a atteint 5% (source : OIE)

-          Rhabdovirus de l’espèce Perch perhabdovirus : Fin 2020, une ferme hollandaise produisant du Sandre a été affecté en 80-90 % des alevins sont morts une semaine après le déclenchement des premiers symptômes. Depuis, des mesures de désinfection (matériel et œufs) ont été mises en place pour les générations suivantes pour tenter de prévenir les contaminations verticales et horizontales (source : LNR Anses).

-          Un nouveau birnavirus a été découvert sur des poissons malades dans un élevage en Norvège. L’espèce concernée est la vieille commune (Labrus bergylta). Cette espèce de poisson est utilisée notamment pour « nettoyer » les saumons de leurs poux de mer (source : fish farming expert, 18/12/2020).

-          Nécrose nerveuse virale à betanodavirus : Les premiers foyers ont été détectés en Egypte, associés à des fortes mortalités sur tilapia depuis 2017 (jusqu’à 70 %). Pour note, l’Egypte est le premier pays producteur de tilapia en Afrique et le troisième mondial (source : Aquaculture international 28, 1 811-1 823 : 2020).

Ce document créé dans le cadre de la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA) peut être utilisé et diffusé par tout média à condition de citer la source comme suit et de ne pas apporter de modification au contenu « © https://www.plateforme-esa.fr/ »
 

Pour télécharger le(s) document(s): 

 


Ce document créé dans le cadre de la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA) peut être utilisé et diffusé par tout média à condition de citer la source comme suit et de ne pas apporter de modification au contenu « © https://www.plateforme-esa.fr/ »
 
 

Organismes Internationaux

  • FAO EMPRES-i (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)

  • HealthMap (current global state of infectious diseases)

  • OIE WAHIS (Organisation mondiale de la santé animale)

  • OMS (Organisation mondiale de la santé)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre européen de prévention et contrôle de maladies)​

  • EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments)

  • ​DG santé (Direction générale Santé et sécurité alimentaire de Commission européenne)

 

Organismes Nationaux

Plateforme de veille sanitaire

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.