FCO-4 EN FRANCE CONTINENTALE : SITUATION SANITAIRE AU 2 JANVIER 2018

Par ordre alphabétique : Emmanuel Bréard 1, Anne Bronner 2*, Didier Calavas 3*, Françoise Dion 4, Emmanuel Garin 5*, Marie Grandcollot-Chabot 2*, Fanny Pandolfi 2*, Corinne Sailleau 1, Isabelle Tourette6,  Stephan Zientara 1

Auteur correspondant : fanny.pandolfi@agriculture.gouv.fr






  1. Anses, Laboratoire de santé animale, Laboratoire national de référence FCO, Maisons-Alfort, France
  2. Direction générale de l’Alimentation, Bureau de la santé animale, Paris, France
  3. Anses, Laboratoire de Lyon, Unité Epidémiologie, Lyon, France
  4. Races de France, Paris, France
  5. Coop de France, Service sanitaire, Paris, France
  6. GDS France, Paris, France
 
 
* Membre de l’équipe opérationnelle de la Plateforme ESA
Mots clés : FCO, Sérotype 4, France
Keywords: Bluetongue, BTV4, France
 
FOYERS BTV-4 au 02/01/2018
Suite au premier cas de FCO de sérotype 4 (FCO-4) situé en Haute-Savoie confirmé le 6 novembre 2017 par le LNR FCO de l’Anses Maisons-Alfort, de nouveaux foyers ont été détectés en Haute-Savoie et dans plusieurs départements situés à l’intérieur et en dehors de la zone réglementée (périmètre interdit + zone de protection + zone de surveillance).
Pour rappel, un périmètre interdit, une zone de protection et une zone de surveillance avaient été mis en place et la vaccination avait été rendue obligatoire dans le périmètre interdit et la zone de protection. Les départements situés en zone de protection étaient l’Ain, le Doubs, le Jura, la Savoie et la Haute-Savoie. Ceux situés en zone de surveillance étaient les Hautes-Alpes, la Côte d’Or, l’Isère, le Rhône, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire et le Territoire de Belfort (Figure 1).
Une surveillance a été mise en place très rapidement à raison de 40 élevages par département dans les départements de la zone réglementée afin d'évaluer la situation sanitaire. Un dépistage des animaux introduits en France continentale à partir de la Corse depuis le 1er janvier 2017 a été mis en place. Des investigations complémentaires ont été menées sur les mouvements de bovins sortis depuis le 1er avril 2017 des élevages ayant reçu des animaux en provenance de Corse, ainsi que sur les mouvements des bovins issus des foyers et des élevages situés en périmètre interdit en Haute-Savoie depuis janvier 2017. Au total, 8 731 bovins ont été identifiés dans 65 départements.
A la date du 2 janvier 2018, 78 foyers ont été confirmés par le laboratoire national de référence de l’Anses dont 68 en Haute-Savoie (74), cinq dans l’Ain (01), un en Haute-Saône (70), un en Saône-et-Loire (71), un dans le Jura (39), un dans le Maine-et-Loire (49) et un dans l’Yonne (89) (Figure 2). Trois foyers ont été détectés dans des élevages caprins, neuf dans des élevages ovins, 63 dans des élevages bovins et trois dans des élevages mixtes (1 ovins-caprins-bovins et 2 ovins-caprins).
La découverte des foyers s'est faite progressivement, en lien direct avec l'évolution de la pression et les modalités de surveillance (Figure 2). Ainsi, courant novembre, la découverte des foyers s'est focalisée sur le département de Haute Savoie, dans le cadre des dépistages mis en place dans les périmètres interdits instaurés autour de chacun des foyers. Fin novembre, un premier foyer détecté dans l'Ain était découvert dans le cadre des dépistages complémentaires mis en place ciblant les animaux en lien épidémiologique avec un élevage situé en périmètre interdit, et sorti depuis avril 2017. De même, suite aux allègements des conditions de sorties d'animaux en provenant des zones de protection et de surveillance, assortis de dépistages préalables, un foyer a été détecté dans le 71, puis dans d'autres départements, courant décembre.
Deux foyers en lien épidémiologique avec la Corse ont été confirmés le 17 novembre et le 4 décembre 2017 dans le département de la Haute-Savoie. Plusieurs foyers en lien épidémiologique avec des foyers ou des élevages du périmètre interdit en Haute-Savoie ont été détectés dans l’Ain (01) le 29 novembre 2017, en Haute-Saône (70) le 11 décembre 2017, dans le Maine-et-Loire (49) le 14 décembre 2017 et dans le Jura (39) le 22 décembre 2017. A ce jour, plusieurs foyers ont été détectés durant les investigations dans un périmètre de 2km autour de foyer de l’Ain. Cependant, aucun foyer n’a été détecté durant les investigations menées autour des foyers de la Haute-Saône et du Maine-et-Loire. Par ailleurs, des foyers sans lien épidémiologique avec la Corse ou des exploitations du périmètre interdit établi en Haute-Savoie ont été confirmés en Saône-et-Loire (71) le 13 décembre 2017, dans l’Ain (01) le 19 et le 20 décembre 2017, suggérant une circulation secondaire du virus dans plusieurs départements. Un foyer a également été confirmé dans l’Yonne (89) le 22 décembre 2017 suite à l’analyse RT-PCR à 14 jours après mouvement sur deux animaux issus de deux élevages différents situés dans l’Ain (01).
Au total, huit foyers ont été détectés grâce à des enquêtes épidémiologiques (lien épidémiologique), trois foyers ont été détectés dans le cadre de mouvements d’animaux, trois foyers dans le cadre de la surveillance en zone de protection et 63 dans le cadre de la surveillance programmée dans le périmètre interdit (Figure 3).
Trois suspicions sont en cours d’investigation. Une suspicion dans l’Isère sur un animal n’étant pas en lien épidémiologique avec la Haute-Savoie et deux fortes suspicions dans la Loire et la Vienne sur des animaux issus de Haute-Savoie et arrivés dans leur élevage actuel respectivement en mai et en octobre 2017.


Figure 1 – Zone réglementée et foyers BTV-4 au 27 décembre 2017



* Dont des foyers en lien épidémiologique avec le 74 détectés dans l’Ain (01) le 29 novembre 2017, en Haute-Saône (70) le 11 décembre 2017,dans le Maine-et-Loire (49) le 14 décembre 2017 et dans le Jura (39) le 22 décembre 2017.
Figure 2– Evolution temporelle de la confirmation des foyers BTV-4 entre le 6 novembre 2017 et le 02 janvier 2018 (basé sur la date de confirmation des foyers par le LNR).