Bilan des suspicions et des foyers d'influenza aviaire en France au 21 décembre 2015

Anne Bronner (1), Manon Hamon (1), Didier Calavas (2), Pascal Hendrikx (3), Virginie Michel (4), Sophie Le-Bouquin (4).

(1) DGAl (2) Unité Epidémiologie Anses-Lyon (3) Unité UCAS, Anses, Direction des laboratoires (4) Unité Epidémiologie Anses-Ploufragan.

Cette analyse se focalise sur les résultats de la surveillance ayant conduit à une suspicion clinique (déclaration par l'éleveur et le vétérinaire de signes cliniques évocateurs d'influenza aviaire) ou à une suspicion « analytique » (résultat d’analyse -sérologique ou PCR- positif).
Les suspicions d’IA ont lieu dans le cadre :

  • d’une suspicion clinique : suite à des signes cliniques observés en élevage (surveillance évènementielle),
  • d’une suspicion analytique : suite à des résultats d’analyses provenant de l’enquête sérologique annuelle, suite à l’identification de liens épidémiologiques avec des foyers, ou à partir des dépistages initiés suite à des demandes de mouvements d’animaux en sortie de zone réglementée.

Un élevage suspect est un élevage dans lequel une suspicion clinique ou analytique est identifiée.
Ces suspicions sont infirmées lorsque ni H5 ni H7 ne sont identifiés par sérologie ou PCR, ou confirmées lorsque H5 ou H7 sont identifiés, et dans ce cas sont associées à un degré de pathogénicité hautement pathogène (HP) ou faiblement pathogène (FP).

1. Bilan des foyers et des suspicions en fonction des circonstances de découverte
Au 21 décembre, 20 suspicions (cliniques ou analytiques) ont été infirmées, et 6 suspicions sont en cours d’analyse (Tableau 1). Parmi les 67 suspicions cliniques ou analytiques confirmées, 53 ont conduit à la déclaration de foyers d'IAHP (Figure 1) et 14 à la déclaration de foyers d'IAFP (Tableau 1).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 1 : Répartition des foyers en fonction de la souche d'influenza aviaire hautement pathogène dans le Sud-Ouest

 

La surveillance évènementielle a conduit à la déclaration de 42 suspicions cliniques, dont la majorité déclarées depuis le 7 décembre (Figure 2) : 18 ont été déclarées chez des particuliers (détenant moins de 250 animaux) et 24 chez des détenteurs professionnels. Parmi ces suspicions cliniques, 43 % (n=18) ont conduit à la confirmation d'un foyer d'IAHP (aucune à la confirmation d'un foyer d'IAFP), 16 concernant des professionnels. Pour les autres suspicions cliniques, 19 ont été infirmée et cinq sont en cours d'investigation (Tableau 1).

En ce qui concerne les dépistages avant sortie de zone réglementée, parmi les 38 élevages ayant fait l'objet d'une suspicion analytique PCR+, 76 % (n=29) ont été confirmés comme étant des foyers d'IAHP H5 ou H7. Les enquêtes épidémiologiques dans les élevages en lien épidémiologique ont, elles, permis d'identifier trois élevages infectés par un virus IAHP et deux par un virus IAFP. Aucune suspicion analytique identifiée dans le cadre des dépistages avant sortie de zone réglementée ou dans les élevages en lien épidémiologique n'a été infirmée, ce qui est cohérent avec le fait que la PCR, utilisé dans ces contextes, est hautement spécifique.

Enfin, l'enquête sérologique annuelle a conduit à identifier huit élevages avec des résultats sérologiques positifs vis à vis de H5 ou H7, dont trois ont été confirmés infectés par un virus IAHP et quatre par un virus IAFP.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 2. Distribution journalière du nombre de suspicions cliniques - situation au 21/12/2015

 

 

Tableau 1 : Répartition des suspicions (infirmées, en cours, confirmées) selon l'origine de la mise en évidence
 

Contexte de suspicion Statut de l'élevage Total
Infirmé Suspect Confirmé IAFP Confirmé IAHP
Surveillance évènementielle 19 5 0 18 42
Dépistage avant mouvement 0 1 8 29 38
Enquête dans les élevages en lien épidémiologique 0 0 2 3 5
Enquête sérologique nationale 1 0 4 3 8
Total 20 6 14 53 93

 

 

 

 

Figure 3 : Origine de la découverte des foyers d'IAFP et d'IAHP

2. Description des foyers d'IAFP et d'IAHP

Foyers IAFP

Les 14 foyers d'IAFP ont été principalement identifiés suite au dépistage avant sortie de zone (57 % des foyers, n=8) (Tableau 1 et Figure 3). Aucun de ces foyers n'a fait suite à une suspicion clinique, et la morbidité / mortalité apparaissent nulles (Tableau 1 et Figure 2).

Parmi ces foyers, 13 concernent des palmipèdes et le dernier un élevage de galliformes et de palmipèdes. Le sérotype H5N2 FP a été identifié dans quatre foyers, H5N3 FP dans trois foyers et pour les sept foyers restant, H5 FP a été identifié et le reste du typage est en cours.

 

Foyers IAHP

Un tiers (34%) et la moitié (55%) des foyers d'IAHP ont été découverts respectivement dans le cadre de la surveillance évènementielle (n=18) et des dépistages avant sortie de zone (n=29) (Figure 2). Parmi les 53 foyers d'IAHP au 21 décembre 2015, 49 concernent des professionnels et quatre des particuliers ; 43 concernent des palmipèdes (dont 41 avec uniquement des canards prêts à gaver ou en gavage), deux des galliformes, huit un mélange de galliformes et palmipèdes.

Pour 31 foyers d'IAHP (50%), H5 HP a été identifié et le reste du typage est en cours (Figure 4). Parmi les 22 autres foyers avec sérotype confirmé, 19 foyers (41%) sont confirmés H5Nx (H5N9, H5N1 ou H5N2) et dans trois foyers, deux sérotypes ont été identifiés. Ces trois derniers foyers avec deux sérotypes identifiés sont des élevages de palmipèdes (canards en gavage et prêt à gaver, respectivement). Ainsi, trois souches H5 HP circulent dans le Sud-Ouest de la France, et aucune souche H7 HP n'a été identifiée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 4 : Distribution des foyers selon le sérotype isolé

 

Dans les 23 élevages confirmés IAHP pour lesquels la mortalité a pu être calculée (à partir des animaux présentant des symptômes et les effectifs totaux détenus dans l'élevage), dix avaient fait suite à suspicion clinique. La répartition de cette mortalité suivant les espèces est indiquée en Figure 5.

La mortalité (nombre d'animaux présentant des signes cliniques au moment de la visite / effectifs totaux détenus dans l'élevage) apparaît élevée dans les élevages détenant des galliformes, et dans les élevages de palmipèdes, elle apparaît nulle à faible (allant jusqu'à 9 % dans un élevage). Parmi les 13 foyers identifiés suite à suspicion analytique et pour lesquels la mortalité était renseignée, celle-ci était nulle dans douze foyers ; pour le 13è foyer, elle était de 1 % (11/888, élevage de palmipèdes) (Tableau 2).


Figure 5. Répartition de la mortalité calculée dans les foyers d’IAHP par espèce touchée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 2 : Mortalité calculée dans les foyers d'IAHP selon l'espèce et l'origine de la suspicion.

 
 

Organismes Internationaux

  • FAO EMPRES-i (Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture)

  • HealthMap (current global state of infectious diseases)

  • OIE WAHIS (Organisation mondiale de la santé animale)

  • OMS (Organisation mondiale de la santé)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre européen de prévention et contrôle de maladies)​

  • EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments)

  • ​DG santé (Direction générale Santé et sécurité alimentaire de Commission européenne)

 

Organismes Nationaux

Plateforme de veille sanitaire

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.