Laure Bournez (1), Corinne Sailleau (2), Emmanuel Bréard (2), Stephan Zientara (2), Anne Bronner (3), Alexandra Troyano-Groux (3), Didier Calavas (4), Pascal Hendrikx (1),  Alexandre Fediaevsky (3), Lisa Cavalerie (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort (2) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort - LNR FCO, (3) DGAl, Paris (4) Anses, Unité Epidémiologie Anses-Lyon

Pour consulter la note au format .pdf cliquez ici

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Corinne Sailleau (2), Emmanuel Bréard (2), Stephan Zientara (2), Anne Bronner (3), Alexandra Troyano-Groux (3), Didier Calavas (4),  Alexandre Fediaevsky (3), Pascal Hendrikx (1), Lisa Cavalerie (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort (2) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort - LNR FCO, (3) DGAl, Paris (4) Anses, Unité Epidémiologie Anses-Lyon

Au 25 février, ce sont au total 210 élevages qui ont été trouvés infectés par le virus FCO de sérotype 8 (Figure 1). Du 18 au 25 février, 16 nouveaux foyers ont été détectés, dont six dans trois nouveaux départements : la Vienne (3 foyers), la Charente-Maritime (2 foyers) et la Gironde (1 foyer), conduisant à une extension de la zone réglementée (Figure 2).

Pour consulter la note au format .pdf, cliquez ICI

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Lisa Cavalerie (2), Séverine Rautureau (2), Corinne Sailleau (3), Emmanuel Bréard (3) & Stephan Zientara (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France
(2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France
(3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Depuis le dernier point réalisé le 30 novembre, vingt-trois foyers supplémentaires ont été détectés dans le Puy-de-Dôme (11 foyers), l’Allier (6 foyers), la Nièvre (3 foyers), l’Aveyron (1 foyer), la Loire (1 foyer) et dans le Cher (1 foyer). Tous ces foyers ont été identifiés suite à des prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée. En raison du foyer découvert dans l’Aveyron, la zone réglementée a été étendue au sud-ouest (Figure 1). Pour rappel, il a été décidé de fusionner les zones de protection et de surveillance afin d’avoir une unique « zone réglementée » au sein de laquelle les mouvements d’animaux sont autorisés. Ainsi, les départements situés à moins de 150 kilomètres d’un foyer sont en zone réglementée et sont représentés en orange sur la Figure 1. 

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Lisa Cavalerie (2), Séverine Rautureau (2), Corinne Sailleau (3), Emmanuel Bréard (3) & Stephan Zientara (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France
(2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France
(3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Depuis le dernier point réalisé le 12 novembre, quinze foyers supplémentaires ont été détectés dans le Puy-de-Dôme (10 foyers), le Cantal (1 foyer), la Loire (1 foyer), la Haute-Loire (2 foyers) et en Lozère (1 foyer), tous ayant été identifiés uniquement suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée. La zone infectée s’est donc étendue au sud-est avec ces nouveaux foyers détectés en Haute-Loire et en Lozère, ce qui a conduit à étendre la zone réglementée au sud et sud-est (Figure 1). Pour rappel, il a été décidé de fusionner les zones de protection et de surveillance afin d’avoir une unique « zone réglementée » au sein de laquelle les mouvements d’animaux sont autorisés. Ainsi, les départements situés à moins de 150 kilomètres d’un foyer sont en zone réglementée et sont représentés en orange sur la Figure 1. 

Mots-clés: 

Claire Garros (1), Lisa Cavalerie (2), Alexandre Fediaevsky (2), Thierry Lefrancois (1), Thomas Balenghien (1)
(1) Cirad, Unité Contrôle des Maladies Animales Exotiques et Emergentes, Montpellier, France
(2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France
 
Suite à la détection de foyers de fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 8 en France depuis le mois de septembre 2015, une surveillance entomologique coordonnée par le Cirad sous pilotage de la Dgal va être mise en place sur l’ensemble du territoire de la France continentale à partir du 16 novembre 2015.
La surveillance entomologique du territoire est une exigence dans les zones de protection détaillée dans la directive 2000/75/CE. Le règlement CE/1266/2007 précise dans son Annexe I les modalités de surveillance qui doivent permettre de déterminer la période saisonnièrement indemne de Culicoides dans l’objectif de bénéficier de dérogations à l’interdiction de sortie des zones réglementées.

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Lisa Cavalerie (2), Séverine Rautureau (2), Corinne Sailleau (3), Emmanuel Bréard (3) & Stephan Zientara (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France, (2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France, (3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Depuis le dernier point réalisé, dix-huit foyers supplémentaires ont été détectés, soit suite à une suspicion clinique (1 foyer en Haute-Loire), soit suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée (17 foyers). La zone infectée s’est étendue au sud avec quatre nouveaux foyers détectés dans le Cantal, un foyer dans l’Aveyron et un dans le sud de la Haute-Loire, ce qui a conduit à étendre la zone réglementée au sud et sud-est (Figure 1). Pour rappel, il a été décidé de fusionner les zones de protection et les zones de surveillance afin de n’avoir qu’une « zone réglementée » et d’y permettre ainsi tous les mouvements d’animaux. Ainsi, les départements situés à moins de 150 kilomètres d’un foyer sont en zone réglementée et sont représentés en orange sur la Figure 1. 

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Lisa Cavalerie (2), Séverine Rautureau (2), Corinne Sailleau (3), Emmanuel Bréard (3) & Stephan Zientara (3)

(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France, (2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France, (3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Depuis le dernier point réalisé (lien), quinze foyers supplémentaires ont été détectés, soit suite à une suspicion clinique (1 foyer), soit suite aux prélèvements réalisés lors de mouvements d'animaux à partir de la zone réglementée (14 foyers). Un foyer dans le Loiret et un autre dans le Nord de la Saône-et-Loire ont conduit à étendre la zone réglementée au nord et à l’est (Figure 1). Pour rappel, il a été décidé de fusionner les zones de protection et les zones de surveillance afin de n’avoir qu’une « zone réglementée » et d’y permettre ainsi tous les mouvements d’animaux. Ainsi, les départements situés à moins de 150 kilomètres d’un foyer sont en zone réglementée et sont représentés en orange sur la Figure 1. 
 

Mots-clés: 

Laure Bournez (1), Alexandre Fediaevsky (2), Jean-Baptiste Perrin (2), Philippe Gay (2) & Corinne Sailleau (3)
(1) Anses, Unité de coordination et d'appui à la surveillance, Maisons-Alfort, France, (2) DGAl, Bureau de la santé animale, Paris, France, (3) Anses, Laboratoire de santé animale, Maisons-Alfort, France - LNR FCO

Au 19 octobre 2015, ce sont au total 57 élevages situés dans une zone de 250-300 km de diamètre dans le Puy de Dôme, l’Allier, la Creuse, le Cantal, le Cher, l’Indre, la Loire, la Nièvre et la Saône et Loire qui ont été trouvés infectés par le virus FCO à sérotype 8 (Figure 1). Parmi ces foyers, 27 ont été détectés par la surveillance programmée, dix par la surveillance évènementielle sur suspicions cliniques, huit lors de tests réalisés à l’exportation ou lors de rassemblements d’animaux, onze lors de la première enquête dans les 2km autour du premier foyer de l’Allier et un non précisé. 
 

Mots-clés: 

 

sheep3Suite à la confirmation du premier foyer FCO à sérotype 8 dans l’Allier et de la découverte de 11 autres foyers dans les 2 km autour de ce premier foyer, de nouvelles modalités de surveillance ont été décidées. Afin d’estimer l’étendue de la circulation virale en France, une enquête programmée est actuellement en cours sur la base de prélèvements pour recherche virale par PCR dans soixante élevages bovins par région administrative et trente bovins par élevage (voir Figure 1 pour la répartition des élevages sélectionnés et ci-dessous la présentation des premiers résultats). Le choix de l’enquête s’est porté sur les bovins étant donné que c’est l’espèce qui permet le plus facilement de mettre en évidence la maladie. Les détails de cette surveillance sont disponibles dans une instruction publiée par la DGAL le 18 septembre 2015 (DGAL/SDSPA/2015-785).

La surveillance évènementielle basée sur la détection de signes cliniques a également été renforcée (cf. pages de la Plateforme-ESA sur la présentation des signes cliniques FCO). Une page de questions-réponses sur la situation actuelle a été publiée sur le site du ministère de l'Agriculture.

Au 24 septembre 2015, 33 élevages au total, situés dans l’Allier, le Puy de Dôme et la Creuse ont été trouvés infectés par le virus FCO à sérotype 8. Les zones d'interdiction, de protection et de surveillance définies au 24 septembre sont présentées dans la Figure 2. 

 

Chevre P OliBacLe Laboratoire national de référence (LNR) en matière de virologie de la fièvre catarrhale ovine (FCO), le Laboratoire de santé animale de l'Anses Maisons-Alfort, pourrait avoir isolé un nouveau sérotype de la FCO en Corse.

Au début du mois de mai 2014, le LNR a reçu 56 prélèvements sanguins de caprins détenus dans un centre de sélection en Corse, pour contrôle de routine avant retour des animaux dans leurs élevages d'origine. Ces animaux ne présentaient aucun signe clinique évocateur de la FCO. Suite à ces analyses, 51 animaux se sont avérés positifs au test générique (RT-PCR de groupe) détectant le virus de la FCO quel que soit le sérotype, mais négatifs vis à vis du test spécifique (RT-PCR de typage) ciblant le sérotype 1, qui circule actuellement en Corse. Toutes les autres RT-PCR de typage disponibles (2, 4, 8, 9, 16) se sont, elles aussi, révélées négatives. Il arrive que des PCR de typage soient négatives malgré une PCR de groupe positive, notamment lorsque la quantité de virus dans le prélèvement est trop faible. Toutefois, ce cas de figure est rare, ce qui n'est pas cohérent avec le nombre important de prélèvements positifs trouvés dans ce cas. Le LNR a donc procédé à un séquençage du virus, qui a révélé la présence de segments de gènes différents de tous les sérotypes de la FCO connus.

Pages

 

Liens utiles

  • Organismes Internationaux
    • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
    • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
  • Organismes Européens
    • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
    • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
    • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 
  • Organismes Nationaux
    • InVS (Institut de veille sanitaire)
    • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)
  • Plateformes de veille Internet
 
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.