Anne Bronner (1), Marie-Cécile Moisson (1), Didier Calavas (2), Pascal Hendrikx (3), Mathilde Paul (4), Claire Guinat (4), Pierre Jabert (5...
Marie-Cécile Moisson (1), Anne Bronner (1)*, Anne Van-De-Wiele (2), Antoine Humeau (2), Pascal Hendrikx (3)*,  Sophie Le Bouquin-Leneveu (4...
Traduction revue par Didier Calavas1*, Laure Bournez2, Sophie Le Bouquin3, Anne Bronner4*, Eric Niqueux5 Auteur correspondant : didier.cala...

Mots-clés: 

Axelle SCOIZEC1, Rozenn SOUILLARD1, Rodolphe THOMAS1, Sophie LE BOUQUIN1

1Ebeac, Anses-Ploufragan.

 

Début janvier 2017, une première mission a été menée par des équipes de l’unité d’épidémiologie aviaire de l’Anses de Ploufragan (Ebeac) dans des foyers déclarés d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ou des élevages fortement suspects dans les départements des Landes et du Gers. Via la réalisation de prélèvements supplémentaires à ceux réalisés par les DDPP à des fins de gestion, l’objectif de la mission était la collecte d’informations sur les virus IA circulants (en particulier les virus IAHP H5N8 ou H5Nx apparentés aux H5N8) afin d'évaluer la contamination environnementale et mieux connaître la dynamique d'infection dans les élevages.

Article au format PDF: 


Partager :

Mots-clés: 

Marie-Cécile Moisson (1), Anne Bronner (1)*, Anne Van-De-Wiele (2), Antoine Humeau (2), Pascal Hendrikx (3)*, Didier Calavas (4)*, Claire Martenot (5), Audrey Schmitz (5), Eric Niqueux (5), Sophie Le Bouquin-Leneveu (6), Axelle Scoizec (6), Adeline Huneau-Salaün (6)

(1) DGAl, (2) ONCFS, (3) Direction des laboratoires, Anses-Lyon, (4) Anses-Lyon, (5) Unité virologie, LNR, Anses-Ploufragan, (6) Unité Epidémiologie aviaire, Anses-Ploufragan

*Coordination Plateforme ESA

Les résultats présentés ci-après sont basés sur les foyers notifiés au système ADNS ou à l'OIE au 20 mars 2017, 19h00.

POINTS MARQUANTS

Entre le 28 novembre 2016 et le 20 mars 2017, 463 foyers d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été déclarés en élevage : parmi eux, 54 % (250/463) sont issus de la surveillance programmée, principalement détectés lors du dépistage des animaux avant abattage préventif (29 %, 134/463) et avant mouvement des animaux au sein des zones réglementées (17 %, 79/463). La part de foyers détectés au travers de la surveillance évènementielle continue donc de diminuer (étant passée en un mois de 52 % au 21 février, à 46 % au 20 mars). La situation sanitaire semble évoluer de manière très favorable, même si cette tendance méritera d'être confirmée sur le moyen terme : alors que le nombre de foyers incidents hebdomadaires d'IAHP en élevage s'est maintenu à plus de 40 par semaine tout le mois de février, il a chuté de manière brutale mi-mars, avec six foyers incidents la semaine du 6 mars. Cette évolution sanitaire favorable se confirme également par la diminution du nombre de suspicions cliniques accompagnée d'une baisse de leur taux de confirmation, soulignant dans le même temps un bon maintien de la vigilance des acteurs de terrain.

Ainsi, depuis le dernier point de situation en date du 6 mars 2017 :

- 39 foyers d'IAHP supplémentaires ont été détectés en élevage de volailles dans les départements des Landes (+29), des Pyrénées-Atlantiques (+8), des Hautes-Pyrénées (+1) et du Lot-et-Garonne (+1), portant à 463 le nombre total de foyers d'IAHP détectés en élevage depuis le 28 novembre 2016 (date de déclaration du premier cas d'IAHP). Parmi ces 463 foyers d'IAHP, 332 sont attribués au virus H5N8 et 131 à des virus H5Nx (la neuraminidase n'ayant pas pu être identifiée).

- un cas supplémentaire d'IAHP a été détecté dans l'avifaune libre dans le département du Bas-Rhin, portant à 51 le nombre total de cas d'IAHP détectés dans l'avifaune libre depuis le 28 novembre 2016 (dont 33 cas attribués au virus H5N8 et 18 cas attribués aux virus H5Nx). Contrairement à nos voisins d’Outre Rhin, les cas recensés en France dans l'avifaune restent relativement épars, à l'exception de la Dombes où 24 cas ont été détectés entre le 5 janvier et le 21 février (sur 43 oiseaux trouvés morts et dépistés).

- Un cas supplémentaires d'IAHP a été détecté dans l'avifaune captive dans le département du Haut-Rhin, portant à trois le nombre de cas détectés dans l'avifaune captive depuis le 28 novembre 2016, tous attribués au virus H5N8.

- six foyers d'influenza aviaire faiblement pathogène (IAFP) supplémentaires ont été détectés en élevage de volailles dans les départements des Pyrénées-Atlantiques (+3), des Landes (+2), et du Lot-et-Garonne (+1), portant à 44 le nombre total de foyers d'IAFP détectés en élevage depuis le 28 novembre 2016. Le nombre de cas d'IAFP détectés dans l'avifaune captive reste de un (Tableau 1).

Article au format PDF: 


Partager :

International Animal Health Epidemic Intelligence (VSI) team – ESA Platform – France
NRL Avian Influenza, Anses laboratory Ploufragan – France
National Office for Hunting and Wildlife – France
 
Source: Data updated on 12/03/2017 (included) ADNS/FAO/OIE, DGAL (General Directorate of Food – French Ministry of Agriculture)

A new highly pathogenic avian influenza (HPAI) virus of H5N6 subtype, related to the H5N8 virus currently circulating in Europe, has been detected in Greece in a poultry farm (species not mentioned) (see report from 6th March – link). This outbreak was initially declared as H5N8 on 16th February, and laboratory confirmation of H5N6 subtype was done on 2nd March.

Three HPAI viruses – H5N8, H5N5 and H5N6 – are currently circulating in Europe. The ADNS tool is not adapted to the notification of new subtypes like H5N8, H5N5 or H5N6, leading countries to report the outbreaks as “H5Nx” with the possibility of mentioning the subtype in the comments section, which some countries do. Taking into account these comments, the ADNS notifications are as follows: H5Nx (n=416), H5N5 (n=19), H5N8 (n=1,954), combined H5N5/H5N8 (n=1), and H5N6 (n=1). The HPAI viruses in general will be analyzed in this report. This analysis takes into account modifications following first notifications that are sometimes brought to ADNS notifications, which for example might specify the subtype for some H5Nx outbreaks (which might be later notified as H5N5, H5N8 or H5N6).

Article au format PDF: 


Partager :

Anne Bronner (1), Marie-Cécile Moisson (1), Didier Calavas (2), Pascal Hendrikx (3), Mathilde Paul (4), Claire Guinat (4), Pierre Jabert (5), Guillaume Gerbier (6), Mathilde Saussac (7), Benoît Durand (8), Aurélie Courcoul (8)

(1) DGAl - SASPP, (2) Anses-Lyon, (3) Direction des laboratoires – Anses Maison-Alfort, (4) ENVT, (5) DRAAF Occitanie, (6) DRAAF Grand Est, (7) Unité UCAS – Anses Maison-Alfort, (8) Unité EpiMAI – Anses Maison-Alfort

 

L'objectif de cet article est d'établir une synthèse des caractéristiques épidémiologiques de l'épizootie qui sévit actuellement en France dans les élevages de volailles, à partir des enquêtes épidémiologiques réalisées dans les foyers et de l'analyse des données issues de la surveillance conduite dans les élevages de volailles.

Article au format PDF: 


Partager :

Veille sanitaire internationale (VSI) Plateforme ESA – France
LNR influenza aviaire, Anses laboratoire de Ploufragan – France
Office national de la chasse et de la faune sauvage – France
 
Source : Données actualisées au 12/03/2017 (inclus) ADNS/OIE/DGAL Ministère de l’Agriculture

Un nouveau virus d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de sous-type H5N6, apparenté au virus H5N8 qui circule actuellement en Europe, a été détecté en Grèce au sein d’un élevage (espèce non précisée) (voir note du 6 mars 2017 – lien). Ce foyer avait initialement été déclaré comme H5N8 le 16 février, et la confirmation du sous-type H5N6 a été faite en laboratoire le 2 mars.

Trois virus d’IAHP – H5N8, H5N5 et H5N6 – circulent actuellement en Europe, tous apparentés. L’outil ADNS n’a pas été adapté à la notification des nouveaux sous-types H5N8, H5N5 et H5N6, conduisant les pays à notifier les foyers comme « H5Nx », avec possibilité d’ajouter en commentaire libre le sous-type, ce que font certains pays. En tenant compte de ces commentaires, les déclarations ADNS sont réparties ainsi : H5Nx (n=416), H5N5 (n=19), H5N8 (n= 1 954) et H5N6 (n=1). Les virus IAHP sont donc traités dans leur globalité dans cette note. L’analyse des données prend en compte les modifications parfois apportées aux alertes ADNS après la première déclaration, notamment la précision du sérotype pour certains foyers H5Nx (qui sont ensuite repris en foyers H5N5, H5N8 ou H5N6).

Article au format PDF: 


Partager :
 

Liens utiles

Organismes Internationaux

  • OIE (Organisation mondiale de la santé animale)
  • FAO EMPRES (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture)
 

​​Organismes Européens

  • ECDC (Centre Européen de prévention et contrôle de maladies)​
  • EFSA (Autorité Européenne de sécurité des aliments)
  • ​DG SANCO (Directorat General de santé et de consommateurs)
 

Organismes Nationaux

  • InVS (Institut de veille sanitaire)
  • Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Plateformes de veille Internet

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.